Le blog de Fañch

Je soutiens La Quadrature du Net ILV-Edition In Libro Veritas antifa
>> Bd, contes et illustrations de Fañch >> Acheter mes livres >> Contact

vendredi 17 mai 2019

vendredi 17 mai 2019

Le bon côté des choses…

"A Pontivy (Morbihan), le Centre hospitalier du Centre-Bretagne doit économiser 6 millions d'euros. Avec moins de lits, c'est aussi moins de risque d'intrusion des Gilets jaunes...

Mémé disait qu’il faut toujours voir le bon côté des choses. Pépé ajoutait préférer le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide.
Les agents du Centre hospitalier du Centre-Bretagne, à Pontivy (Morbihan), devraient s’inspirer de cette sagesse populaire pleine de bon sens. Et voir dans le projet de Plan de retour à l’équilibre du CHCB une chance (lire notre édition de la semaine dernière).
Notre dessinateur Fañch Ar Ruz, lui, l’a bien compris.
Des services réorganisés avec des lits supprimés, c’est idéal pour éviter une intrusion de Gilets jaunes. Et pas besoin de faire venir Martin Hirsh, directeur général de l‘Assistance publique-Hôpitaux de Paris, à Pontivy pour l’expliquer.
À malheur quelque chose est bon, répétait souvent Tatie…"
Pontivy Journal - 17/05/2019

Inutile de faire venir Martin Hirsh au Centre hospitalier du Centre-Bretagne pour parler d’intrusion des Gilets jaunes…


mardi 14 mai 2019

mardi 14 mai 2019

L’esprit d’équipe selon Marie-Madeleine Doré-Lucas


On a connu, autrefois, au sommet de l’État, la cohabitation droite-gauche (ou gauche-droite, c’est selon). À Pontivy (Morbihan) on va bientôt connaître la cohabitation gauche-gauche.
À peine désignée tête de liste de la gauche pour les municipales, Marie-Madeleine Doré-Lucas entend déjà mettre au pas ses deux futures co-listières, Marie-Christine Le Mouël (Parti socialiste) et Lydie Massard (Union démocratique bretonne).
Quelques minutes après la proclamation des résultats de la primaire, Marie-Madeleine Doré-Lucas a déjà dévoilé les grands axes de SON programme pour les municipales de 2020… Sachant qu’officiellement, ni l’équipe, ni le programme ne sont encore définis…

Pontivy Journal - 10/05/2019

mardi 7 mai 2019

mardi 7 mai 2019

Le retour du poisson d’avril de Paul Le Guernic

Le 1er avril dernier, Paul Le Guernic, conseiller municipal à Pontivy (Morbihan), avait lâché sur Twitter ce message :
"J’annonce aujourd’hui quitter le groupe de la majorité au conseil municipale de la Ville de Pontivy. Afin de préparer les échéances de 2020, j’annonce également me porter candidat à la primaire de la gauche."
Le benjamin du conseil, chantre de l’ultra libéralisme et allergique à toute idée de gauche, avait commis là un beau poisson d’avril.Mais, notre dessinateur Fañch Ar Ruz a imaginé une suite à cette histoire. Ça se passe dans un monde où les poissons d’avril deviennent réalité… Pour le plus grand plaisir des trois candidates aux primaires de la gauche à Pontivy…

mardi 30 avril 2019

mardi 30 avril 2019

Le million de François Goulard pour Notre-Dame fait polémique

François Goulard veut donner 1 million d'argent public pour la cathérale Notre Dame de Paris
Le président du Département du Morbihan souhaite verser un million d’euros pour Notre-Dame-de-Paris.

"À peine l’incendie de la cathédrale Notre-Dame-de-Paris était-il éteint, que François Goulard, président du Conseil Départemental du Morbihan, a proposé que le Département donne un million d’euros pour financer les travaux de la cathédrale chère à Victor Hugo. François Goulard soumettra l’attribution de cette somme lors de la session de juin.

L’annonce a fait immédiatement polémique. Pendant ce temps-là, le conflit avec les pompiers morbihannais s’enlise.
Les revendications des sapeurs-pompiers, en grève depuis le 15 mars, portent sur les salaires, le temps de travail et la création d’une trentaine de postes… On dit ça, on ne dit rien…"

Pontivy Journal -26/04/2019

samedi 27 avril 2019

samedi 27 avril 2019

Nicole Le Peih dans les échos d'Ivy

"A la base de cette affaire, faire le tour des réseaux à la Kim Kardashian n'était franchement pas l'effet recherché..."

Nicole Le Peih censure des badges à son effigie

samedi 27 avril 2019

Les caricaturistes aiment dessiner Nicole Le Peih

Suite à l'"affaire" des badges de la discorde, des dessinateurs ont tenu à affirmer leur solidarité et, au-delà, à témoigner de l'importance de la liberté d'expression...

Nicole Le Peih censure des badges à son effigie
Laurent Deloire


Nicole Le Peih censure des badges à son effigie
Pierre Samson


Nicole Le Peih censure des badges à son effigie
Alain Goutal


Nicole Le Peih censure des badges à son effigie
Jim Touttain


Nicole Le Peih censure des badges à son effigie
Allan Barte


Nicole Le Peih vote contre l'interdiction du glyphosate
Slo

samedi 20 avril 2019

samedi 20 avril 2019

Baud. Un badge satirique qui ne plaît pas à la députée Nicole Le Peih…

Nicole Le Peih censure des badges à son effigie

La députée de Baud-Pontivy LREM n’aurait pas vraiment apprécié de découvrir des badges satiriques à son effigie. Nicole Le Peih aurait mis la pression pour les faire disparaître.

La députée de Baud-Pontivy LREM n’aurait pas vraiment apprécié de découvrir des badges satiriques à son effigie, édités par le collectif des Coquelicots. Nicole Le Peih aurait mis la pression pour les faire disparaître…
La liberté d’expression est établie par la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1789. L’article 11 de la Déclaration dispose : « la libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme : Tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement… »

« La peur au ventre, j’ai remis les badges aux gendarmes »


La liberté d’expression est aussi protégée par l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme du 10 décembre 1948 : « tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression », ce qui implique notamment : « le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit… »
La caricature représentant une forme d’expression des opinions et des pensées, elle jouit de ce fait, de la liberté d’expression… Hé bien pas partout assurément !
Au sein de la recyclerie de Baud, un appareil à concevoir des badges a été acquis dernièrement et permet aux diverses associations comme les Coquelicots, les PIG (Pisseurs et pisseuses involontaires de glyphosate), et autres, de pouvoir en fabriquer pour financer actions, conférences, mouvements ; à chacun ou non, de les arborer selon ses convictions.
« Dans le cadre de la campagne des Coquelicots, chaque premier vendredi du mois (c’était le 5 avril), nous rencontrons la députée LREM de Baud-Pontivy lors de sa permanence. L’occasion d’aborder avec elle différents points relatifs à l’avancée du dossier sur les glyphosate par exemple, » explique une représentante du mouvement.

Une vingtaine de badges


« Début avril, nous avons lancé la fabrication d’une bonne vingtaine de badges à l’effigie de Nicole Le Peih (Ndlr : il en existe aussi à l’effigie de Joël Labbé, Michel Coudé, Emmanuel Macron…), grâce à un dessin offert par un caricaturiste. Lundi 8 avril, nous avons reçu un appel téléphonique de la députée, ne semblant pas apprécier du tout, de se retrouver sur un badge. Sans détour, elle nous a demandé de les détruire !

Nous venions à peine de raccrocher le combiné téléphonique lorsque deux gendarmes sont entrés à la recyclerie… La peur au ventre, j’ai remis les badges aux gendarmes. Ils sont repartis. Cinq minutes avant l’arrivée des gendarmes, la députée m’avait déclaré au téléphone : « C’est pas cool ce que tu me fais. Tu seras convoquée à la gendarmerie demain ! », rapporte l’adhérente des PIG.

Glyphosate : la lutte se poursuit


N’appréciant pas vraiment qu’on puisse mettre une telle pression pour vingt malheureux badges, une autre adhérente du même mouvement PIG a contacté les services de la gendarmerie et a interrogé : « Avons-nous fait quelque chose d’illégal en fabriquant et diffusant ces badges ? Y a-t-il eu plainte de la part de notre députée ? Y a-t-il eu une décision de justice pour motiver le déplacement des gendarmes ? Peut-on récupérer les badges ? »

« Réponses négatives sur toute la ligne, et notamment pour les badges, que les gendarmes auraient jetés ! »


Le vendredi suivant, la députée a eu, comme à l’habitude, la visite du collectif anti-glyphosate… « Nous lui avons remis quelques petits ’’cadeaux’’ dont son badge, car la lutte contre l’utilisation du glyphosate se poursuit et ce, malgré les pressions… »
Et les badges ? « Nous en ferons d’autres, mais peut-être pas de la députée… enfin ! » Contactée à plusieurs reprises, la députée En Marche Nicole Le Peih n’a pas donné suite. Quant aux services de la gendarmerie, ils répondent seulement : « Nous ne communiquons pas sur ce sujet ! »

J.-M. F. La Gazette du Centre-Morbihan.

vendredi 12 avril 2019

vendredi 12 avril 2019

Nicole Le Peih soutient le cannabis bien-être

Nicole Le Peih aime le cannabis
Députée du Morbihan, Nicole Le Peih soutient ses collègues de la majorité qui demandent la création d'une mission sur le cannabis bien-être...
Pour ces parlementaires, il s’agit de développer en France une filière qui « répondrait à nos attentes sociétales et environnementales pour une agriculture saine, sûre et durable».

Peu de THC, mais du cannabidiol oui.
Par chanvre bien-être il faut comprendre des produits avec très peu de THC, mais pouvant cependant contenir du cannabidiol (CBD), « un principe actif non-psychotrope aux multiples vertus » : réduction du stress et de l’anxiété, amélioration du sommeil, de la récupération et du confort…

Pontivy Journal - 12/04/19
blog.fanch-bd.com est hébergé par dri  - Réalisé par Pâques-Man - DotClear - Mozilla Firefox - 651195 Visiteurs