Le blog de Fañch

Je soutiens La Quadrature du Net ILV-Edition In Libro Veritas antifa
>> Bd, contes et illustrations de Fañch >> Acheter mes livres >> Contact

mardi 30 octobre 2012

mardi 30 octobre 2012

Retour sur le festival de la BD engagée 2012

Un diaporama et une musique ("Algérie") de Micky.

vendredi 26 octobre 2012

vendredi 26 octobre 2012

C'est la turlutte finale !

Mois après mois, nous partageons avec vous les chapitres de notre livre Ils se servent comme des porcs ! on se défend comme on peut ...

C'est la turlutte finale
6ème rubrique du deuxième chapitre - La France pays des Veilleuses - p.181


Jeune militante du NPA invite Trotsky à créer un nouveau parti anticapitaliste


Vous vous souvenez peut-être. Cette petite flamme d’espoir qui tremblotait fragilement dans les ténèbres de ce mois d’avril 2002. Nous étions plus d’un à tenter de nous requinquer comme nous pouvions entre le dégout de devoir se farcir la tronche de Le Pen au second tour et la honte grandissante devant la triste perspective d’avoir à plébisciter Chirac pour « sauver la République du fascisme ». Certains se sont noyés dans l’alcool, d’autres ont tenté d’apprivoiser le mal par le mal en hurlant à longueur de manifestations un désespéré et désespérant « j’ai mal à la France ! ». Une minorité enfin (dont les auteurs de ce bouquin font partie), tout en ne dédaignant pas le réconfort de la bibine, avait les yeux rivés sur l’extrême gauche.
Il y avait quelque chose d’un peu pathétique et d’un tantinet lourdingue dans notre manière de faire de l’arithmétique magique. « Besancenot 4,25%, Arlette 5,76%, Gluckstein 0,47%... putain la vache, ça fais presque 11% ! » Et nous n’avions pas peur de pousser La méthode Coué jusqu’au bout. « Si on ajoute Les scores de Noël Mamère et de Robert Hue ça monte à 19% ! Avec un candidat unique, la gauche radicale pourrait être au second tour ! ». Que nous étions touchants à nous agripper à la frustre et austère radicalité de Laguiller et encore plus fort à la jeunesse de Besancenot, nouveau représentant d’une gauche radicale que nous voulions percevoir de toutes nos forces capable de se remettre en question, dépoussiérée, dynamique, ouverte à tous les combats.

« Même le plus noir des nuages a toujours sa frange d’or », chantent les scouts. La volonté intacte de changer radicalement la société, la remise en question de toutes les poussiéreuses certitudes, le désir de dépasser les divisions obsolètes représentaient les trois minces filets d’or qui tissaient nos maigres espoirs. Ils nous aidaient à maintenir le cap au moment où le parti communiste se liquéfiait d’avoir trop fait la pute pour un PS qui se complaisait dans la défaite et dans le libéralisme comme un porc se roule dans sa propre merde. Nous estimions que la gauche radicale pouvait être le creuset de ce nouveau départ. Après presque dix ans de tentatives avortées et de fausses innovations, force est de constater que nous nous sommes lamentablement trompés.

Lire la suite

lundi 8 octobre 2012

lundi 8 octobre 2012

Le cul cousu d'or !

jeudi 4 octobre 2012

jeudi 4 octobre 2012

La droite de la gauche

Mois après mois, nous partageons avec vous les chapitres de notre livre Ils se servent comme des porcs ! on se défend comme on peut ....
Vous pouvez aussi lire le livre en entier ici et/ou l'acheter :-)



La droite de la gauche
5ème rubrique du deuxième chapitre - La France pays des Veilleuses - p.165


Bilan politique de Robert Hue en 2002
Bilan politique de Robert Hue en 2002


On peut comparer le destin du Parti Communiste Français à celui du Titanic. Il faudrait malgré tout faire subir à l’histoire d’origine quelques petites modifications. La Direction du parti remplacerait l’orchestre de violonistes. Il n’y aurait plus un seul iceberg mais une multitude de gros glaçons que le paquebot P.C.F se prendrait successivement en pleine face sans montrer le moindre signe de réaction. Imaginez qu’un petit malin ait l’idée de changer régulièrement le nom du rafiot en « Mutation », « Bouge l’Europe », « Gauche populaire et citoyenne » et enfin « Front de Gauche », en espérant le sauver du naufrage, et vous aurez une photographie assez nette de l’errance de ce parti ces dix dernières années.
Cette lente mais irréversible décrépitude peut se résumer en une seule formule : « changer constamment d’accoutrement sans jamais remettre en cause des décisions aux conséquences catastrophiques ». Pourquoi une telle attitude suicidaire ? Parce que cela fait bien longtemps que le P.C.F a fait le choix de sauver son cul plutôt que de nourrir l’espoir d’une société d’émancipation.

Lire la suite

blog.fanch-bd.com est hébergé par dri  - Réalisé par Pâques-Man - DotClear - Mozilla Firefox - 624432 Visiteurs